AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kaleb Nox [exemple]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaleb Nox
Admin E.
Admin E.
avatar

Est là depuis le : 30/08/2010
Messages : 85
Age : 25

Est : Ici...ou peut-être là, en fait
Emploi : Arnaqueur en tous genres et accessoirement mage
Côté : La vérité

MessageSujet: Kaleb Nox [exemple]   13.06.11 20:33

    « Au commencement »
    ♦♦♦

    Nom(s) : Nox
    Prénoms(s) : Kaleb
    Age : 26 ans
    Peuple : Elfe
    Aptitudes particulières : Mage et menteur professionnel
    Armes : Une épée et une navaja (on est jamais trop prudent)
    Autre : Rien, cap'taine !



    « Parle-nous de toi »
    ♦♦♦

    Profession : Mage
    Ce que tu aimes : Les montées d'adrénaline, le sourire des filles, le soleil et la musique
    Ce que tu n'aimes pas : Y a-t-il quelque chose qu'il n'aime pas, en réalité ? Eh bien oui, la pluie le rend morose et il ne peut plus se voir une poire en peinture.

    Ton histoire : Histoire ? Ahah ! Oui, bien sûr, je peux vous raconter une histoire. Laquelle voulez-vous ? Quoi ? Mon histoire ? Ça m'embête un peu...Voyez-vous, je crois que si j'invente des histoires, c'est pour mieux oublier à quel point la mienne est sans intérêt. Mais bon, puisque vous m'écoutez.
    Je suis né...Quelque part. Non, je ne sais pas où, je ne m'en souviens pas. Mes parents étaient des gitans. Enfin, il me semble. C'est précis, hein ? Avouez, je suis plus créatif quand il ne s'agit pas de moi. En fait, j'ai été abandonné. Ou plutôt laissé sur un bord de route quand j'avais trois ans. Je ne me souviens ni de ma mère, ni de mon père. Ils ne m'ont rien laissé, même pas un bout de pain. Qu'est-ce qu'ils pouvaient en avoir à faire de moi, honnêtement ? J'ai dû leur empoisonner la vie, oui ! Mais je me dis que ça n'était pas plus mal. J'ai été récupéré par un elfe du village le plus proche. C'était un érudit. Enfin, quelqu'un qui savait lire et écrire. Après m'avoir appris à parler correctement -ce qui ne fut pas la tâche la plus simple de mon éducation-, il m'a enseigné les lettres. Il m'a défendu bec et ongle contre les autres. Il paraît que le vol et la fourberie coule dans les veines des gitans. C'est peut-être vrai, remarque...Bref, j'ai vécu avec lui des années de rires et d'apprentissages en tous genres. C'était un solitaire, un peu marginal. A ses heures perdues, il écrivait des pièces et m'en faisait entre nous toujours l'unique acteur, m'apprenant ainsi à jouer tous les rôles possibles et imaginables. Au début, je le faisais surtout pour lui faire plaisir, je ne voulais pas qu'il ne m'aime plus et m'abandonne, lui aussi, puis après j'ai trouvé ça marrant et c'est devenu notre jeu : me faire devenir n'importe qui à n'importe quel moment de la journée.
    Puis j'ai eu huit ans, et un beau jour, un mage arriva dans notre petit coin de paradis. Les villageois parlèrent d'un sorcier qu'on élève en cachette -oui, le sorcier, c'était moi, coucou !- et il alla voir ce qu'était le phénomène. Allez savoir ce qu'il avait vu en me voyant, il a de suite demandé à mon père adoptif s'il pouvait me prendre en apprentissage. Je me souviens encore de sa grande cape blanche et de son odeur de vieux papier. J'en suis resté imprégné pendant longtemps, de ce parfum miteux ! Bref, il n'était pas là par hasard. Oui, moi aussi je l'ai cru pendant longtemps, mais il a eu l'intelligence de m'expliquer qu'une lettre lui était parvenue, disant qu'on avait recueilli un enfant étrange, très intelligent mais qui faisait parfois des choses bizarres. Quand on lui a dit qu'il était arrivé un peu tard, il a répondu qu'il avait eu des affaires plus urgentes -que voulez-vous répondre quand vous avez mis deux ans à bouger votre humble postérieur ? Je suis donc parti avec ce monsieur bizarre, qui me prit plus pour un domestique qu'un apprenti. En fait, j'exécutais des tâches pour diverses personnes autour de sa maison : palefrenier, livreur, bûcheron, déménageur. Il disait que ça me forgerait le caractère. Ça m'a plutôt fait les muscles. Bien sûr, quand je revenais de tous ces menus travaux, je devais étudier. Le pied...Je suis un peu dur, j'aimais mieux étudier que faire quelque chose de mes dix doigts. Ce qui le dérangeait, c'était qu'il me trouvait trop curieux. A quinze ans, j'ai reçu ma cape de mage débutant. Il avait été particulièrement exigeant avec moi. Il disait que comme ça, il ne laisserait pas un sot endosser le rôle d'un mage. Il voulait en plus que je sois capable de me défendre. C'était atroce. Devenir l'homme parfait, quoi de plus ennuyeux ? Un jour, il m'a viré de la maison, me disant que je n'y avais plus ma place. En réalité, il m'avait pris en train de lire un livre soit disant stupide qui parlait de la possibilité d'un temps où le Temps ne se serait pas arrêté. Il y avait des notes en marge avec des indications supplémentaires, écrites de la main de mon maître. C'était un tout petit livre qui ne disait rien de ce qui aurait pu se produire avant cet arrêt du Temps, mais qui le dénonçait simplement. Ce mage était visiblement mort avant d'avoir mener à terme ses recherches.
    Un peu coupable de me laisser me débrouiller seul sur un coup de tête, mon nain de maître me proposa de revenir quand je voulais passer le voir ou lui poser des questions. Je ne suis pas revenu de si tôt. A quoi bon ? Un peu par hasard, je me suis retrouvé dans une bande de petites frappes, dont le chef était un gros bœuf qui se faisait respecter à coups de poings. Peu à peu, j'ai su défaire son autorité et trois de ses subordonnés ont préféré me suivre. En fait, c'étaient les trois plus sensés, les autres se sont tous fait chopper par les autorités en un rien de temps. L'un d'entre eux possédait une maison un peu en retrait de la ville, près des champs. On y vivaient tous les quatre avec sa sœur, la plus délicieusement insupportable fille que je n'ai jamais vue. Elle râlait toujours, et je m'en prenais régulièrement plein la tronche, mais c'était toujours pour rire. Je n'ai jamais été en réel désaccord avec elle, je m'entendais même mieux avec elle qu'avec les autres, mais j'ai toujours considéré qu'une jeune fille honnête ne doit pas être mêlée à des histoires sordides. Certes, une femme qui sait se battre est nettement plus attirante, mais je préférais son côté farouche qui ne savait cependant pas se défendre. Elle était tellement mignonne quand elle s'énervait et que son visage, encore celui d'une enfant, prenait des airs sérieux qu'elle ne conservait pas plus de trois minutes. C'est à elle que je dois ma cicatrice. C'était de ma faute, faut bien avouer. Pour obtenir des renseignements, je me suis intéressé d'un peut trop tôt à une fille de taverne. Par jalousie, elle m'a plantée en pleine nuit. Elle l'a amèrement regretté et a bien pleuré, mais elle n'a plus jamais eu à être jalouse. Je vais paraître masochiste, mais ça m'a fait plaisir de la voir aussi jalouse. Enfin, à quoi bon s'extasier sur le passé ? Lhia a été assassinée par notre faute ou plus exactement la mienne. Je ne sais pas qui, mais pourquoi, ça n'est pas vraiment dur. J'ai eu du mal à digérer cet échec, comme tous les autres, d'ailleurs.
    J'ai donc continué mon chemin seul. J'avais vingt ans.
    Après, j'ai repris ma toute première occupation : me glisser dans tous les rôles. Pendant trois ans, je suis passé de boulot en boulot, quelque soit la place sociale, le salaire, la seule chose que je voulais, c'était de la crédibilité. Je me suis vite lassé de cette vie de bric et de broc et je suis retourné vers mon maître qui, loin d'avoir honte de moi, comme j'aurais pu le penser, a accueilli mes "exploits" à bras ouverts. Et moi qui étais prêt à faire mon me aculpa. Il a bien voulu m'enseigner d'autres choses, ne comprenant pas que l'intelligence qu'il voulait mettre à contribution pour son art avait été employée pour autre chose de disons moins légal. Ça n'a pas eu l'air de l'alarmer plus que ça.
    Ce que j'ai fait après ? J'ai été plusieurs hommes, j'ai vécu plusieurs vies. J'ai progressé en tant que mage, sans que personne ne le sache. Je suis par monts et par vaux...Mais peut-être vous croiserai-je un jour ?

    Physique : Kaleb est grand et large d'épaule. Malgré une cage thoracique épaisse, il est dans l'ensemble plutôt fin et grâce à la finesse de ses traits, on le prend pour un simple intellectuel qui a la chance d'avoir un physique arrangeant. Il a le teint clair et est resté imberbe, ce qui a parfois le malheur de le faire passer pour plus jeune qu'il n'est. Sa musculature est fine et pas tellement développée, il sait cependant faire preuve de force, de temps à autre, mais faut-il encore qu'il y trouve un intérêt quelconque. Son visage aussi est fin et jeune. Ses yeux mordorés cerclés de noir (l'iris, hein) sont souvent rieurs ou malicieux, accompagnés du sourire qui va avec. Des fossettes se creusent à chaque coin de sa bouche à chaque fois, d'ailleurs. On peut penser qu'il est parfait physiquement ? Bien sûr que non, il ne faut pas rêver ! Malgré un nez droit, ses yeux ont une forme assez allongée, ce qui leur donne une expression agressive voire sauvage quand il ne sourit pas et ça n'est pas toujours très esthétique selon les critères. Ses sourcils, tout comme ses cheveux, sont très sombres. Ces derniers sont fins et longs, il lui arrivent environ entre les omoplates, mais il les attache la plupart du temps en une queue-de-cheval haute pour ne pas être gêné, même si de longues mèches rebelles refusent la dictature de l'attache.
    Niveau vestimentaire, il reste toujours dans le simple, mais se balade le plus souvent en noir pour mieux tromper son monde. Il ne sort qu'assez rarement sa cape noire, il ne vaut mieux pas qu'on sache qu'il est un mage. En revanche il essaie d'être toujours à son avantage, propre sur lui et élégant, sauf s'il choisit un rôle de basse condition. Il est percé plusieurs fois à l'oreille gauche et ne porte aucun tatouage. Il a cependant une cicatrice dans le dos d'environ dix centimètres. C'est un sillon assez profond du côté gauche, à peu près à hauteur des reins. Un vieux souvenir qui lui rappelle toujours qu'il vaut mieux se méfier des femmes.

    Caractère : C'est avant tout un elfe complexe qui a l'étrange particularité d'être à distance de lui-même. Il reste calme en toute circonstance, ses colères étant vraiment très très rares. La première chose qu'il vaut mieux savoir, c'est que Kaleb est très intelligent. Il n'a aucune fierté, aucune dignité face aux autres. En fait, il se moque du regard des autres, il sait ce qu'il fait, et c'est la seule chose qui compte à ses yeux. Il a toujours des plans machiavéliques pour parvenir à ses fins. Il est capable de se mettre dans n'importe quel rôle, d'utiliser n'importe quelle ruse, n'importe quel nom pour réussir son coup. C'est donc un fin calculateur qui prendra toutes les identités possibles, mais ne dira jamais la sienne ou la glissera entre mille autres fausses de sorte qu'on ne sache jamais laquelle est la bonne. Il est très habile de ses mains, plein de ressource et a toujours une carte dans sa manche. C'est donc quelqu'un de plutôt antipathique, surtout pour les autorités et même pour les autres, car il ne cherche ni la richesse ni la gloire, simplement à relever ses défis personnels. Il ne fait pas que voler, d'ailleurs, il aime bien manipuler les gens pour voir leurs réactions, jusqu'où ils vont et ce qui les motivent à faire telle ou telle chose, voire rendre service (si, si...vous voulez savoir si votre mari vous trompe ? =D). Il a bien sûr un plan plus complexe, qui vise plus haut, mais il ne sait pas s'il y parviendra un jour. Il cherche à comprendre ce qui s'est passé, pourquoi le temps s'est arrêté, quel est le mystère de ce fichu monde qui les lui broie depuis qu'il est né. Et pour cela, il tâtonne, il cherche sans relâche, mais en faisant parfois des petits détours pour son plaisir personnel.
    Il y a une autre facette de son caractère qu'il ne faut pas oublier. C'est un garçon qui n'a pas un mauvais fond, bien au contraire -même s'il est parfois capable du pire-, il part du principe qu'il y a des choses qui sont plus importantes que d'autres. Il y a bien un cœur qui bat dans sa poitrine et il est souvent guidé par ses pulsions. Oui, même en plein milieu d'un plan compliqué, il arrive à draguer ou à se créer des amitiés sans perdre de vue son objectif. Ainsi, il peut suivre une conversation quelconque tout en surveillant quelqu'un d'autre même s'il y a dix personnes autour. Bien sûr, ça ôte de sa crédibilité, mais c'est quelqu'un de sincère quant à ses sentiments. Il ne sait pas bien jouer le rôle du séducteur à cause de ça, d'ailleurs, ça tient très peu de temps, tandis qu'il sait être fidèle à ses amis et à ses amours. C'est encore un peu un gamin, à ce niveau-là, il aime sans compter et n'a pas peur d'avoir mal. L'avantage, c'est qu'il n'est pas rancunier, mais si on décide d'être son ennemi, il le sera aussi, si on revient en ami, il redeviendra ami. C'est assez difficile de le suivre, parfois. Il aime faire plaisir et ne veut pas faire de peine même s'il peut-être. Sans perdre de vue ses objectifs, cela va de soi. Le plus gros défaut qu'on peut lui reprocher, c'est de ne pas se défaire de sa double vie et du mensonge. Il ne vit que dans le mensonge, la vérité étant bien enfouie et pour lui seul. Il sera donc capable de mener une vie multiples et d'endosser tous ses rôles sans devenir fou. La seule chose qu'il vaut mieux éviter, c'est de mettre le nez dans ses affaires. Selon qui vous êtes, il ne vous fera pas de mal, mais il peut alors disparaître d'un coup, vous manipuler une dernière fois, tout avouer sur son mensonge ou bien vous dire une infime partie de la vérité (faut-il encore que vous soyez proche de lui). Il peut encore vous en inventer une autre. On ne peut pas le mettre au pied du mur très longtemps, à moins que vous ne le surpreniez avec un paramètre qu'il n'avait jamais imaginé pouvoir tomber dans son plan. En fait, quand on le connait sous un jour plus "véritable" que ses différents rôles, il a un caractère simple, doux et ne parle pas beaucoup (puisqu'il est en train de réfléchir à son prochain plan diabolique). Il n'a l'air de rien, il serait même dur de soupçonner un garçon qui fait des réflexions intelligentes et toujours dans un but pacifique. Est-ce encore un rôle ? Personne ne le saura jamais vraiment, bien que ce soit une des choses qui ressortent le plus souvent.
    Il faut aussi savoir qu'il n'échafaude un plan que par intérêt. Si, même faire plaisir ou une nouvelle amitié a un intérêt. Il est conscient d'avoir suffisamment de mensonges en cours pour ne pas en inventer un autre ou en prolonger un déjà existant pour des clopinettes. Il peut aussi passer pour un parfait imbécile si ça peut lui servir à séduire (amitié s'entend) une personne qu'il a envie d'approcher de plus près. C'est presque devenu un jeu. Un jeu dont il ne se lasse jamais. Il connait cependant ses limites et comme il n'a pas de fierté et qu'il veut parvenir à ses fins, les coups bas sont...autorisés !



    « Derrière l'écran : Qui es-tu ? »
    ♦♦♦

    Prénom : /
    Pseudonyme utilisé fréquemment : /
    Age : 19 ans
    Pays / Ville : Nice
    Par quel moyen as-tu trouvé le forum ? Je sais pas...
    Comment trouves-tu le forum ? C'est une bonne question à laquelle je répondrai avec grand plaisir ! ...
    As-tu des remarques ou des suggestions à faire sur le forum ? Bloub...Blouloub...


Merci, Aru

Quand le sage montre le ciel, l'imbécile regarde le doigt...
Et si le sage en a marre, est-ce qu'il lui colle son doigt dans l'œil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kaleb Nox [exemple]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exemple de developpement eco-touristique
» Exemple de camouflage .
» Un CV ? Cékoiça, cépourki et cépourkoi ? (+ exemple)
» i need dollars! - ft Kaleb
» Exemple de fiche de rp.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z'en'thikazar :: Avant l'aventure :: Votre Personnage :: Présentations-
Sauter vers: